23/01/2008

 

Bonsoir mes beauties!!
 

Je n'aie pas le moral de vous écrire ce soir.

Je devrais probablement me forcer. Mais bon!

A défaut. Voilà un petit sujet qui mérite d'être cité..

 
valentino
 
Après 45 ans de carrière, ce mercredi, Valentino Clemente Ludovico Garavani, dit simplement Valentino, a présenté sa dernière collection de prêt-à-porter pour le printemps 2008. Il s'arrêtera définitivement après le défilé de haute couture de janvier.
 
valentino_dress
 
Valentino est toujours resté fidèle à sa conception de la beauté. On se souviendra des coupes exceptionnelles, inimitables de ses robes, qui ont mis en valeur des générations de stars. Valentino restera un symbole du glamour, et son rouge restera connu comme le "rouge Valentino".
 
000249_p

 
«L'avenir de la mode est lié à la vie. Il doit être stable, fait de nouveautés ou de fantaisies bien sûr, mais surtout de classe et de qualité.» C'est en 1968 que la légende Valentino naît à travers la présentation d'une extraordinaire «Collezione Bianca», dédiée à Jackie Kennedy. Elle fait grand bruit dans une période où la mode emploie surtout des couleurs vives et intenses. Les modèles s'arrachent et les magazines Life et Time le surnomment «la vraie révélation». Auparavant c'est chez Guy Laroche, ou il est entré en 1956, que Valentino Garavani fait ses premières armes. Dès 1959 il décide de voler de ses propres ailes. Par la suite son style classique mais unique émerge: des broderies raffinées, qu'il fait exécuter par Lesage ou Grasso, et qui sont à proprement parler de véritables bijoux. Mais aussi des formes nettes, des tissus somptueux, et surtout une vaste gamme de coloris. Le point culminant est le fameux rouge Valentino. Ardent, vif ou franc, «ce fard qui embellit», est évidemment la couleur fétiche du couturier. En 1975 il présente pour la première fois ses collections de prêt-à-porter à Paris. Mais il faudra attendre 1989 pour que ses défilés haute-couture arrivent de Rome. Sa clientèle aime les tailleurs somptueux, et ne tolère rien de fortuit, de banal ou de négligé. Il privilégie donc une allure parfaite et sensuelle, des silhouettes «qui bougent» et des ourlets courts. Et c'est pour la femme idéale qu'il crée en 1978 le parfum «Valentino». Pour son lancement il n'hésite pas à organiser un événement prestigieux: Mikhail Baryshnikov en personne vient danser «la Dame de Pique» de Tchaikovsky, au théâtre des Champs Elysées. Depuis, il a la réputation d'organiser des fêtes légendaires, comme celle qu'il imagine à Rome pendant trois jours, pour fêter ses 30 ans de création. En juin 2000, date de son 40ème anniversaire de création, il reçoit du CFDA (Council of Fashion Designers of America) le lifetime Achievement Award, pour l'ensemble de son œuvre.
 
280207_defile_valentino74

Passé une bonne soirée.  
 

23:43 Écrit par **vatel** | Commentaires (3)

Commentaires

Merci pour ce petit morceau de culture en Haute Couture. Je trouve que tous les Grands couturiers sont très intéressants. Ils sont tous hors du commun... Perso j'aime beaucoup le personnage de Kark Lagerfeld et de Jean-Paul Gauthier ^^

Une des dernières interwiews de JPG nous apprend que :

Jean-Paul Gaultier a peur du vide et du néant, redoute l'amertume, aime le bruit du toaster au petit matin, aime la cuisine qui a du goût, n'aime pas son physique, est claustrophobe, déteste s'habiller, dit être un homme de l'ombre, adore prendre des risques. Ce qui le fait rire : l'inattendu et le décalage. Son prochain achat : un ticket de cinéma. (lol)

Bonne nuit à toi.

Cerise ;)

Écrit par : CherryBlueBird | 24/01/2008

Gros bisous poulette !

Écrit par : Domdom | 24/01/2008

Bisou ma miss.. tu sais je suis contente de voir que tu reviens.. nous donner des nouvelles..
je te fais un gros beccc

Écrit par : valiloli | 24/01/2008

Les commentaires sont fermés.